Avec Benoît Hamon, radicalement de gauche ?

Voici la tribune que nous avons signée avec plusieurs amis radicaux de gauche, publiée par Libération aujourd’hui, 6 février (jour de rassemblement des forces républicaines depuis 1934 !). J’ajoute que le sous-titre « Plusieurs cadres et militants du Parti Radical de Gauche (PRG) signent une tribune appelant au dialogue avec Hamon et refusant l’hypothèse Macron. » ne figure pas dans notre tribune (dont je n’aurai alors pas été signataire) et a été ajouté par le journal pour appâter le lecteur…

L’époque est aux surprises et la victoire de Benoît Hamon a déjoué bien des pronostics. La question qui se pose désormais est celle d’une union de la gauche, dans toutes ses composantes derrière le vainqueur de la primaire, et de la place du Parti Radical de Gauche dans ce rassemblement.

Notre parti a une histoire longue et riche et a joué un rôle majeur dans le débat politique depuis plus d’un siècle. Nous, radicaux engagés, regrettons l’image qu’en donnent quelques opportunistes séduits par de vieilles idées, parées des apparences de la modernité.

Dans un moment politique troublé, incertain, une conviction demeure, qui a naturellement conduit à ce que le PRG s’engage dans la primaire citoyenne : la nécessité du rassemblement des forces de gauche, seul rempart à la menace d’une droite brutale et au péril de l’extrême droite. Nous, radicaux engagés, nous félicitons de ce choix responsable. La primaire de gauche a permis le débat sur des sujets de fond cruciaux pour l’avenir de notre pays. Ce fut aussi, avec 2 millions de participants, une réussite démocratique, le reflet d’une mobilisation citoyenne qui nous engage.

Benoît Hamon a recueilli le soutien de près de 60% des électeurs de la primaire, cela fait de lui le candidat légitime à porter le projet d’une gauche rassemblée à l’élection présidentielle. D’autres sensibilités se sont exprimées dans les débats et il lui appartient désormais de constituer, sur la base de son projet, une plate-forme de convergence avec l’ensemble des candidats de la primaire. Il en va de sa responsabilité, il en va également de la responsabilité de ses interlocuteurs, toutes tendances confondues, d’être force de proposition pour bâtir le socle d’une large majorité pour le porter dans ces élections et, nous le souhaitons, pour gouverner ensuite.

Nous, radicaux engagés, considérons que le temps de la discussion entre le PRG et Benoît Hamon est venu. Parce que notre parti s’est engagé, et que sa parole a du sens ; parce qu’un parti, le nôtre au premier chef, c’est avant tout le débat, les idées, les convictions, partagées dans un collectif, nous ne saurions envisager de rejoindre un candidat étranger à cette dynamique collective à gauche, dont la seule proposition est celle de l’homme providentiel.

Nous sommes convaincus que les convergences sont possibles entre le projet de Benoît Hamon et les propositions radicales. Certaines apparaissent d’ores et déjà clairement et ne pourront que se renforcer mutuellement : écologie politique, intégration européenne, nouveaux droits… Sur ce dernier point, qu’il s’agisse du droit à mourir dans la dignité, de la légalisation du cannabis, de la PMA pour toutes, nous sommes parfaitement en accord. Nous appelons néanmoins Benoît Hamon à la vigilance : parce que les radicaux de gauche ont toujours été à l’avant-garde pour porter les avancées des droits humains, ils connaissent les forces rétrogrades, obscurantistes, communautaristes, toujours mobilisées pour les combattre. Nous savons que la laïcité est le socle sur lequel ces progrès peuvent être bâtis et nous appelons Benoît Hamon à la plus grande clarté sur ces questions.

Si, sur d’autres thèmes, économie, entreprise, protection sociale, nos positions peuvent sembler plus éloignées, nous savons gré à Benoit Hamon d’avoir porté dans le débat politique une vision prospective, avec la volonté d’anticiper les grandes mutations sociales à venir et d’y apporter des réponses humanistes. Pour autant, une réflexion à 25 ans ne fait pas un programme de gouvernement et nous nous devons d’apporter des mesures concrètes pour répondre aux attentes des citoyens. La plus-value radicale, issue de la connaissance des territoires, de l’attention aux PME, pourra sans nul doute venir enrichir le programme du candidat. Là aussi des convergences sont possibles. Certaines se sont matérialisées durant le quinquennat écoulé : loi sur l’économie sociale et solidaire portée par Benoît Hamon, loi Artisanat, Commerce et TPE portée par Sylvia Pinel… Demain, le plan PME défendu par notre candidate durant la campagne des primaires pourra constituer le socle d’une politique ambitieuse en faveur des PME.

Sur le plan du financement de la protection sociale et du soutien à l’emploi, le diagnostic est partagé : nécessité d’élargir les sources de financement de la protection sociale pour ne plus peser uniquement sur le travail et de revoir un CICE coûteux et inégalitaire. La discussion doit permettre de rapprocher les solutions envisagées, qu’il s’agisse d’une taxe sur la valeur ajoutée, dite taxe sur les robots, ou d’un financement de certaines branches de la sécurité sociale par l’impôt.

Nous, radicaux engagés, sommes convaincus qu’un rassemblement efficace et respectueux de chacun est à portée de main. Nous faisons pleinement confiance à Sylvia Pinel pour s’engager dans cette voie et nous serons à ses côtés. Nous appelons Benoît Hamon à tout mettre en œuvre pour le rendre possible. Nous appelons également à la mobilisation de tous pour s’engager pour l’union, seul chemin possible pour la victoire des valeurs de la gauche.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s