Subventions aux associations : les choix douteux de la droite sartrouvilloise (par Romain Chiaradia)

Par Romain Chiaradia et avec son aimable autorisation pour reprendre son article sur mon site internet

Dans la dernière lettre d’info de la municipalité, un article a retenu mon attention : la Ville met en place des réunions d’information et d’accompagnement des associations.

Très bonne nouvelle ! Mais c’était justement l’objet de l’association Sartrouville Entreprendre Ensemble (SE²), dont nous avons débattu en 2014 (ici page 73 et ici page 39).
Je résume : 
– en 2014 la Ville choisit de subventionner à hauteur de 140 000€ (2 x 70 000€) une nouvelle association (les statuts sont déposés en Préfecture le jour du conseil municipal, enregistrés au JO après l’attribution de la subvention) qui a pour mission de conseiller les dirigeants associatifs au niveau juridique, gestion etc. afin de les aider à se développer et travailler ensemble.
– je m’étonne avec Isabelle Amaglio-Térisse de cette décision envers une nouvelle structure et demande pourquoi la Ville ne s’en charge pas, en soulignant l’opacité du fonctionnement de la structure (70 000€ attribués au budget pour un salarié mis à disposition par l’IFAC, également Président d’une autre association sartrouvilloise chargée de mettre en place le village d’été, charge que voulait récupérer SE²) :  le Maire répond que « s‘ils ne sont pas efficaces on ne travaillera plus avec eux » ;
– comme prévu la Ville ne travaille plus avec cette association, qui ne semble plus être active en 2016 et dont je demande depuis le bilan d’activité (encore une fois lors du dernier conseil municipal fin 2017, dont nous attendons encore le compte rendu)
Conclusion : qui est soucieux des deniers publics ?
Tout cela pourrait prêter à rire jaune, mais quand dans le même temps la Ville choisit de saborder l’association ATRIUM qui intervenait auprès des jeunes sur le plateau (- 130 000€ d’une année sur l’autre, ce qui amena sa fermeture), quand les subventions à certaines structures sont très faibles (100€ pour Microtel), et quand le choix est fait de subventionner des associations d’obédience religieuse, il ne nous reste que l’indignation !
Nous demandons plus que jamais la possibilité de voter les subventions ligne par ligne, et pas d’un seul bloc comme cela est encore le cas (un seul vote pour approuver, refuser ou s’abstenir pour TOUTES les subventions aux associations, tout objet mélangé).