Démocratie locale

La démocratie locale à Sartrouville est très très limitée :

difficile d’accéder aux informations : création d’une nouvelle école privée hors contrat sans délibération au conseil municipal, projet de création d’un nouveau groupe scolaire appris par la presse, marchés publics et autres dont ne pouvons consulter les dossiers. Nous sommes donc contraints de saisir la CADA (qui nous donne raison) puis le tribunal (instruction en cours) ou de saisir le Préfet pour lui demander d’y mettre bon ordre. C’est détestable.

Nous demandons régulièrement des informations statistiques pour mesurer l’évolution des quartiers, la démographie… c’est toujours oui mais nous n’avons jamais rien…

– les commissions municipales ne se réunissent presque pas : les projets nous sont présentés au dernier moment (ex : plan local de santé ou de sécurité). Difficile d’élaborer des propositions pertinentes !

– les subventions aux associations sont présentées peu clairement et en bloc,  mélangeant celles à connotation religieuse ou qui sont hyper-favorisées sans évaluation.

les délibérations qui nous sont présentées sans parfois tronquées ou très orientées dans la réalité qu’elles retranscrivent. Nous avons ainsi été contraints de saisir le tribunal administratif sur le projet « Jaurès » et je vous laisse vous rendre compte de la tonalité des échanges en conseil avec ce fameux « vous commencez à me courir » que le Maire a jugé opportun de m’envoyer quand mes questions ont été insistantes !

Les outils de communication ne sont pas les mêmes pour la droite majoritaire et l’opposition de gauche : une année nous avons même été « oubliés » dans les invitations aux vœux du Maire !   Dans ces conditions, il est difficile de travailler de manière approfondie. mais nous maintenons notre exigence sur ce plan.

C’est donc un axe fort de notre mandat 2020/2026, rendre Sartrouville « citoyenne » passe par une pratique démocratique exemplaire des élus.