Démocratie locale

Comme je le disais et l’écrivais lors du compte rendu de mandat que nous avons organisé en juin 2016 :

La démocratie locale à Sartrouville est très très limitée :

difficile d’accéder aux informations (cf. la création d’une nouvelle école privée hors contrat sans délibération au conseil municipal et le projet de création d’un nouveau groupe scolaire appris par la presse),

– les commissions municipales ne se réunissent presque pas : les projets nous sont présentés au dernier moment (ex : plan local de santé ou de sécurité). Difficile d’élaborer des propositions pertinentes ! Nous souhaiterions que les subventions aux associations soient présentées plus clairement et séparément pour pouvoir voter la majorité d’entre elles mais refuser celles qui ont une connotation religieuse ou qui hyper-favorisent une association sans évaluation de son efficacité. Nous demandons régulièrement des informations statistiques pour mesurer l’évolution des quartiers, la démographie… c’est toujours oui mais nous n’avons jamais rien… Dernière surprise en date : la suppression de la subvention à une association sportive pour le cross international de Sartrouville (à retrouver ici),

les délibérations qui nous sont présentées sans parfois tronquées ou très orientées dans la réalité qu’elles retranscrivent. Nous avons ainsi été contraints de saisir le tribunal administratif sur le projet « Jaurès » et je vous laisse vous rendre compte de la tonalité des échanges en conseil avec ce fameux « vous commencez à me courir » que le Maire a jugé opportun de m’envoyer quand mes questions ont été insistantes devant l’erreur manifeste contenue par une délibération qui nous était remise !

Les outils de communication ne sont pas les mêmes pour la droite majoritaire et l’opposition de gauche : cette année nous avons même été « oubliés » dans les invitations aux vœux du Maire !   Dans ces conditions, il est difficile de travailler de manière approfondie. mais nous maintenons notre exigence sur ce plan.

Ainsi, comme nous  étions engagés lors de la campagne, nous sommes particulièrement attentifs et avons soutenu en particulier : l’entretien et à la rénovation des écoles publiques élémentaires et maternelles (et nous avons voté contre les 57 000 € annuels aux écoles privées hors de la ville) mais aussi des crèches. Tout comme nous avons voté tous les travaux et investissement en faveur des équipements publics sportifs et culturels, les projets de développement économique (pépinière, espace de co-working, études pour l’implantation de commerces de proximité etc.) notamment dans le cadre des conventions ANRU et du contrat de ville.