Intercommunalité

Sartrouville est membre de la communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine (SGBS). Cet établissement public de coopération intercommunal (EPCI) est né le 1er janvier 2016 de la fusion de la Communauté d’agglomération de la boucle de la Seine (à laquelle appartenait déjà Sartrouville) avec la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Seine et Forêts, la Communauté de Communes Maisons-Mesnil et l’intégration de la commune de Bezons.

Le conseil communautaire est composée de 91 conseillers, dont 14 issus de Sartrouville, j’y siège aux côtés d’Oumar Camara et nous nous sommes rassemblés dans le groupe « Alliance citoyenne, écologiste et solidaire » avec nos collègues de Carrières-sur-Seine, Chatou, Saint-Germain-en-Laye. Nous avons présenté un candidat à la présidence de l’intercommunalité pour faire valoir un projet alternatif : une réelle communauté qui prend à bras-le-corps les défis de notre territoire notamment au plan écologique et social. Nous avons obtenu 11 voix alors que notre groupe ne compte que 5 élus, preuve que notre démarche fait écho.

En effet, autour d’un projet commun (ou qui devrait l’être), cette communauté vise à organiser les solidarités nécessaires en vue de l’aménagement et du développement de ce vaste espace regroupant 332 000 habitants sur 140 km2. L’absence de concertation est évidente tout comme le défaut de vision, de projet partagé. Fin 2017, nous avons ainsi découvert le « projet de territoire« , qui devrait être un document structurant, ambitieux et qui s’est révélé partiel, étriqué. Nous avons écrit notre forte déception au Président de l’intercommunalité qui n’est autre que le Maire de Sartrouville (à lire ici), sans réponse.  Ce n’est pas la présentation qui en a été faite lors de l‘AG du Cadeb en février 2018 qui nous convaincus !

Triste spectacle d’ailleurs donné lors du mandat 2016/2020 : l’intercommunalité a été au bord de l’explosion car le tribunal a annulé le 19 avril 2018 son arrêté de constitution… sur la demande de plusieurs maires à l’époque.  La bataille se poursuit de manière feutrée au sein des maires de droite du territoire, car ils ne sont pas d’accord entre eux sur les principes, sur le périmètre etc. Compte tenu des enjeux, c’est vraiment préoccupant (et consternant) et, ce qui est certain, que les habitants et le territoire y perdent beaucoup =>  + ici