Isabelle AMAGLIO-TERISSE

Sartrouville, Conseillère municipale d'opposition (Les radicaux de gauche)

Sartrouville : une 7e modification du PLU, une nouvelle occasion manquée

Nous avons remis hier au commissaire-enquêteur un avis détaillé sur la 7e modification proposée par le Maire pour le plan local d’urbanisme (PLU). Si ce projet comporte quelques avancées intéressantes, nous regrettons le manque d’ambition général du texte et ses incohérences ainsi que les choix politiques qui s’expriment dans le choix de certaines mesures pour certains quartiers.


En effet, les zones à densifier (proches des transports) sont dédensifiées de manière incohérente et l’une des rares zones pavillonnaires du Plateau est supprimée (au pied de Romain Rolland). Les mesures pour doper l
e commerce concernent uniquement le centre ville : rien sur le coeur historique de la ville place Nationale et rien non plus place Alexandre Dumas. Le flou sur les nouveaux groupes scolaires rue Voltaire et à la Jardinerie et leurs conséquences sur les écoles existantes (et donc les déplacements des petits élèves).

L’ensemble ne constitue pas une vision à la hauteur des enjeux. Nous sommes loin du cadre de vie que le PLU de 2006 précisait « il est prévu de renforcer les liaisons douces, de les associer dans de nombreux cas à la création d’espaces verts ou de squares et de valoriser les liaisons vertes » tout comme « le développement prioritaire de nouvelles constructions dans les secteurs les mieux desservis par les transports en commun ». N’hésitez pas à me solliciter (ici par exemple) pour en savoir plus sur cet avis, que je vous l’adresse, en discuter etc.

Nos propres orientations sont claires et nos positions constantes sur ces sujets, comme nous l’avons réaffirmé en juillet dernier dans notre compte rendu de mandat annuel.

 

Retour rapide sur le Conseil du 22 novembre 2018

Quelle intercommunalité pour notre ville ? En effet, les différents maires (dont celui de Sartrouville) qui sont à l’origine de cette annulation nous disent maintenant qu’il faut absolument continuer comme avant. Encore moins compréhensible, ces Maires nous indiquent qu’ils ont besoin de mutualiser pour des raisons financières mais agissent à l’inverse ! Cela n’est pas cohérent. Nous voulons une intercommunalité solide et avec des projets : c’est pour cela que nous avons voté pour cette nouvelle intercomumunalité.

Les orientations du budget 2019 montrent un niveau d’investissement en hausse de 40% après un exercice 2018 très pauvre en travaux alors que, notamment, la voierie nécessiterait de maintenir ce patrimoine quotidien. Nous attendons le détail, pour le conseil municipal de décembre, afin de formuler notre avis global sur ce budget.

Nous avons également voté pour la prolongation de la convention d’abattement de la taxe foncière sur les propriétés bâties au profit des bailleurs sociaux : nous sommes très vigilants sur ce sujet car il s’agit d’argent public qui doit directement bénéficier aux locataires de ces logements. Or, un certain nombre d’entre eux ne sont pas au rendez-vous et nous demandons des comptes, avec insistance. Nous avons voté contre les ventes de terrain (secteur Dumas notamment) à des promoteurs immobiliers : pas de mixité sociale entre les quartiers, pas de diversité suffisante dans l’habitat et notre patrimoine cédé au plus offrant.

Nous avons soulevé plusieurs questions diverses, notamment sur les écoles et équipements scolaires : Poulbot, Romain Rolland, sectorisation etc. Nous avons demandé à avoir davantage d’informations. Nous avons également demandé à être associés aux travaux qui se mèneront dans le cadre du dispositif « Cœur de ville », la question reste en suspens…

A retrouver plus en détails ici

 

Prochain conseil municipal, le 22 novembre : préparation et échanges citoyens le 20

A l’ordre du jour de notre prochain Conseil Municipal, le 22 novembre prochain : « Orientations budgétaires 2019 », « politique RH de la ville », quelques cessions de terrain (rue secteur Dumas) et un avenant à la délégation de service public des « marchés« .

Nous ferons également un point sur les modifications du PLU car la date limite de remise des contributions est le 23 novembre et tous les quartiers sont concernés (notamment rue Daumier/Marseille, secteur Romain Rolland qui passe du secteur « pavillonnaire » en « grand immeuble »). Nous aiderons à se préparer ceux qui souhaitent déposer un texte ou aller voir le commissaire-enquêteur.

Si l’un des sujets vous intéresse particulièrement, n’hésitez pas à nous le signaler en mp.
Pour en discuter, échanger, intégrer vos remarques et répondre à vos questions sur l’actualité municipale en général, rendez-vous le mardi 20 novembre, 19h30, maison des Associations (quai de Seine, Vieux Pays).

 

Carte « Unique » à Sartrouville pour le commerce à découvrir

Nous soutenons cette initiative de carte « unique » de services, de fidélité dans les commerces de Sartrouville : nous l’avions mise à notre programme pour ce mandat municipal et nous sommes ravis de voir cette proposition se concrétiser, directement par et avec les commerçants (merci au tandem Nojac-Enseignes Carlier Coiffure !)… C’est un levier de fédération et de dynamisation qui couvrira, nous l’espérons, toute la ville.
A utiliser donc dès le 1er décembre

1914-1918 : commémorons pour ne pas oublier l’essentiel

100 après, le travail de mémoire se poursuit et nous nous y associerons, comme chaque année, avec Romain Chiaradia. C’est au nom de toutes les victimes de cette guerre, de toutes nationalités, décorés ou fusillés, et dans un esprit pacifiste que nous déposerons une gerbe de fleurs.

Rdv dimanche à partir de 10h30 au monument aux morts de Sartrouville, pour commémorer la fin de cette première guerre mondiale, où sont tombés des combattants de toutes les régions du monde :  le travail de mémoire sur les prénoms de ceux qui ont été fauchés révèlent une géographie instructive => merci à Jean, Pierre, Louis, Joseph et François mais aussi à Mohamed, Giuseppe et leurs frères d’armes tombés pour la paix cf. cet article : http://www.leparisien.fr/actualite/grande-guerre-plus-de-mohamed-que-de-martin-parmi-les-morts-pour-la-france-08-11-2018-7938222.php

La tribune de novembre de notre groupe politique « Sartrouville, notre avenir » porte sur ce bilan. Elle est signée par Romain Chiaradia et disponible ici et est plus que jamais d’actualité avec la polémique inutile et détestable autour d’un 8eme Maréchal…

Quelques témoignages issus de ce travail de mémoire :

Et à Sartrouville, du 9 au 11 novembre prochain, la ville et le Comité d’Entente des Anciens Combattants célèbrent le 100ème anniversaire de l’armistice avec une série de rendez-vous : exposition, projection du film « Au revoir là-haut », lecture et commémoration + d’informations ici

Sartrouville et l’intercommunalité Saint-Germain/Boucle de la Seine : le (mauvais) feuilleton continue

Hélas pour les citoyens et les projets, le mauvais feuilleton de l’annulation de notre interco se poursuit après le « succès » des recours des maires de droite entre eux et contre cette communauté (cf : ici).

Les maires de droite ne sont toujours pas d’accord pour poursuivre, ou non, ensemble. La presse locale s’en fait l’écho « un avenir incertain« .

Pourtant, le maire de Sartrouville avait été catégorique lorsque je l’ai interrogé, à nouveau, lors de dernier conseil municipal : il n’y avait pas de souci et tout allait bien entre ce petit monde.
Plutôt inquiétant et la situation est toujours « absurde et dangereuse » comme je le  pointais ici en mai dernier.

Interco explosion C78 2018-04-&_

Bilan sévère de la Chambre régionale des comptes d’Ile de France pour les Yvelines

La chambre régionale des comptes a passé au crible l’action du département des Yvelines dans le domaine de la coopération internationale et de l’aide au développement, depuis 2011 et son constat est particulièrement sévère. C’est un sujet que nous avions pointé, avec Yoann Matot, lors de notre campagne pour les élections départementales en 2015, nous étonnant des sommes concernées et de l’opacité générale.

Je ne suis donc pas surprise du jugement sévère qui a été publié en octobre dernier même si je le regrette. La Chambre souligne l’absence de stratégie du département mais aussi l’ampleur des dépenses et le fait que les plafonds votés aient été dépassés, le tout sans mécanisme de contrôle de la dépense publique. L’ensemble est vraiment consternant et bien loin de l’image de gestionnaire exemplaire que la droite nous vend à chaque élection !

https://www.ccomptes.fr/fr/publications/departement-des-yvelines-cahier-ndeg3-yvelines-partenaires-du-developpement

Dernière info : la presse locale se fait l’écho de la situation ici

Extraits

https://www.ccomptes.fr/system/files/2018-10/IDR2018-43.pdf

Au total, le département a consacré 13,2 M€ à cette politique sur toute la période analysée (2011-2016). Le département s’occupe des actions de coopération décentralisée en faveur des collectivités territoriales de cinq pays d’Afrique et du Liban.

« Des objectifs de dépenses largement dépassés et une stratégie imprécise »

Depuis 2007, le département des Yvelines a décidé de mettre en œuvre une politique d’aide au développement. En 2015, une délibération du conseil départemental fixe à un euro par habitant , soit 1,4 M€ cette année-là, les dépenses maximales annuelles pour cette politique. Elles ont été depuis souvent dépassées. En 2017, elles atteignent par exemple de 2,17 M€, sans que soit ici comptabilisées les dépenses de ressources humaines et de frais de déplacement. Même si cette limite, d’un euro par habitant, ne figure plus dans le document des orientations données pour la période 2015-2020, la communication institutionnelle du département continue de l’afficher. Désormais, le département des Yvelines est le premier département français en terme d’aide au développement.

« Une passivité de la collectivité dans le suivi des orientations et le contrôle des dépenses »

Les orientations stratégiques sont votées tous les quatre ans mais elles restent très générales et, depuis 2007, aucune inflexion notable n’est apparue. Ce sont toujours les mêmes collectivités qui bénéficient de l’aide sans que des critères précis soient définis. Ce manque de précision se retrouve dans les lacunes des rapports fournis, sans fréquence régulière, par les collectivités bénéficiaires.

Même si les rapports élaborés par le département montrent que les objectifs d’autonomisation des collectivités ne sont pas atteints, aucun changement de stratégie n’a été mis en évidence. Les subventions continuent à être versées de manière régulière. Pour l’illustrer, le rapport de la chambre régionale des comptes cite plusieurs exemples de réalisations très coûteuses, notamment les Maisons des Yvelines, qui se révèlent peu opérationnelles et surtout génèrent des coûts de fonctionnement eux-aussi élevés.

L’innovation et le département des Yvelines : un engagement en toc

Les Echos s’interrogent sur ce curieux paradoxe : le département des Yvelines abrite des fleurons de la recherche mais les collectivités locales semblent les ignorer dans leurs projets de territoire. C’est bien dommage alors que la droite locale nous promet des smart cities, nous vante l’excellence numérique et l’engagement du département dans ces domaines.

« Alors que nous assistons, de par le monde, avec le numérique, à une transition des territoires sans pareils depuis l’avènement de l’électricité, durant la deuxième moitié du XIXe siècle, les autorités locales des Yvelines peinent à construire une pensée, une vision des sciences de l’ingénieur, dans un département inscrit dans l’innovation, et qu’elles voudraient appliquer à leurs 10 intercommunalités et 262 communes. »

Le journal (peu connu pour ses sympathies à gauche…) conclut en invitant les élus de droite à ne pas rester entre eux comme le 10 octobre dernier aux universités des mairies des Yvelines mais à inviter des acteurs de l’innovation et aller s’inspirer d’autres expériences. Nous avions d’ailleurs soulevé ce sujet, avec Yoann Matot, dans notre candidature aux élections départementales en 2015 dont je ne peux que partager le constat perplexe des Echos et leurs regrets !

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-188161-opinion-yvelines-collectivites-locales-et-innovations-scientifiques-se-tournent-le-dos-2217507.php

Urbanisme et projet Jaurès : rdv le 15 octobre

Comme nous nous étions engagés, retrouvons-nous lundi 15 octobre pour faire un point sur le projet Jaurès mais également échanger sur les nouvelles modifications du plan local d’urbanisme.

S’agissant de Jaurès, nous vous détaillerons l’état de la procédure que nous avons entamée devant le tribunal contre la décision du Maire.

S’agissant des modifications à venir du PLU, elles impacteraient tous les quartiers et donneront prochainement lieu à enquête publique. Nous vous présenterons les informations dont nous disposons et le décryptage que nous en faisons, avec les points d’alerte que nous y voyons. Dernière minute : la mairie vient de mettre en ligne sur son site le dossier « modification du PLU »

Rendez-vous donc  le 15 octobre à 19h00, salle des Doléances (rue Henri Dunant).

Notre compte rendu rapide du Conseil municipal du 20 septembre

Quelle intercommunalité pour notre ville ? En effet, sur la demande des différents maires (dont celui de Sartrouville), le tribunal a annulé celle qui nous relie aujourd’hui aux autres communes de la boucle de la Seine et de la zone de Saint-Germain-en-Laye. Ces mêmes élus nous disent maintenant qu’il faut absolument continuer comme avant. Cela ne nous paraît pas cohérent, d’autant moins certains de ces Maires ont déposé d’autres recours contestant le périmètre et le pacte financier. Alors, même si nos questions sont restées sans véritables réponses, Romain Chiaradia et moi avons voté pour cette nouvelle intercomumunalité car nous sommes persuadés qu’il s’agit d’un échelon pertinent pour mener des projets d’envergure

Nous avons également voté les projets de renouvellement urbain ANRU et j’ai demandé communication les études prévues dans ce cadre. Les bailleurs sociaux qui proposent des logements dans les quartiers fragiles peuvent être exonérés de 30% de leur impôt foncier par la ville. J’ai également demandé des précisions afin que les financements n’aillent pas à des actions que le bailleur devrait normalement assurer. Nous attendons des réponses et c’est pour cela que je me suis abstenue.

Nous avons voté le projet « cœur de ville » dont j’avais souligné dès décembre dernier tout l’intérêt et pour lequel nous avons formulé des propositions concrètes. Nous regrettons que le projet présenté ne soit pas suffisamment ambitieux, notamment en termes d’équipements publics et s’agissant des mobilités douces. Nous espérons que ce projet pourra être plus innovant et qu’il sera fédérateur notamment en associant les habitants.

Nous avons voté contre : les ventes de terrain à des promoteurs immobiliers, une modification mineure de l’externalisation de la cantine centrale à une société privée.

Nous avons voté pour les projets de skate park à Gagarine, d’équipements de sports de rue, la subvention à la crèche associative Poisson d’avril.

Nous avons soulevé plusieurs questions diverses : rentrée scolaire, attribution des jardins familiaux, relogement « Malraux » et tournoi de foot des quartiers.
A retrouver plus en détails ici