Ecoles : nos priorités sont claires, celles de la majorité municipale aussi

Juillet 2016

 

Depuis notre élection, nous avons constamment affirmé notre priorité en faveur de l’école publique : nous avons ainsi voté tous les budgets des travaux dans les écoles, regretté la faiblesse des moyens accordés à l’école publique. Nous avons également voté contre les subventions aux écoles privées. Je suis intervenue à plusieurs reprises sur ces sujets et ai demandé, régulièrement, à connaître l’évolution du nombre des enfants sur liste d’attente pour une place en crèche et l’évolution du nombre des élèves dans les différentes écoles primaires. Je n’ai toujours pas cette information. Pourquoi ?

Notre priorité est claire : des écoles (et des crèches) publiques avec des places en nombre suffisant pour accueillir tous les enfants de la ville. Or, nous sommes inquiets car il semble que ces capacités d’accueil soient saturées avec l’afflux non anticipé (mais très anticipable) de nouveaux petits Sartrouvillois. Ainsi, de nombreux parents  n’ont pas reçu de réponse à leurs demandes de scolarisation en maternelle au premier trimestre, comme tous les ans. Début avril, nous avons adressé une lettre ouverte au Maire pour dire notre préoccupation : pas de réponse. Le 26 mai, nous avons posé la question en conseil municipal, elle a été balayée d’un revers de main « pas de souci, il y a même des places libres » nous a-t-il été répondu, les parents concernés apprécieront… nous aussi, quelle démocratie locale est-ce là ?

Nous avons ainsi appris par la presse et les réseaux sociaux l’installation d’une nouvelle école hors contrat avec l’Etat (réseau Espérance Banlieue) dans les locaux du centre aéré Poulbot, refaits à neuf ( !) pour l’occasion. Aucune information, le Maire signe le bail sans débat. Je ne suis pas hostile à une approche radicalement différente pour des élèves qui frôlent la déscolarisation. Mais cela doit s’inscrire dans un projet global, collectif et concerté.

L’école publique, gratuite et laïque, constitue l’un des acquis et symboles de notre République. Il est trop facile de la stigmatiser quand on multiplie le soutien (facultatif) à des initiatives privées (lycée catholique JPaul II, subventions aux écoles maternelles hors de la commune etc.). Il est trop facile de dire que les conditions d’accueil et d’enseignement de nos écoles publiques sartrouvilloises se dégradent (où en est la réfection des toilettes de Brossolette par ex ?) quand on leur retire des moyens. Etre « républicain », c’est assurer l’école pour tous, gratuite (et laïque).