Environnement

Sur ce thème majeur, je vous invite à lire les publications de Romain Chiaradia, élu Europe Ecologie les Verts, reprise dans la partie « tribunes » du site de notre groupe d’opposition « Sartrouville, notre ville ». Vous trouverez également des informations sur les projets en cours, notamment au niveau de l’intercommunalité voire au-delà, dans la rubrique dédiée au Cadeb.

Vous pourrez retrouver ici le tout dernier article de Romain Chiaradia sur les inondations de janvier 2018 qui sonne malheureusement comme un triste écho de celui que publiais ici en juin 2016…

Inondations : saluons les agents publics exemplaires et interrogeons nos pratiques de construction

Après la décrue, le nettoyage viennent les déclarations de sinistre et demeure, parfois le désarroi face à des dégâts considérables. Mais, dix jours après, il me semble que l’on peut aussi noter deux éléments très positifs et convergents : une reconnaissance forte du travail des agents publics et des interrogations, fortes aussi, sur l’impact d’un urbanisme qui a pu ignorer les lois de la nature.

Oui, les agents publics ont forcé l’admiration de tous : mobilisés très tôt, sans discontinuer, souriants et disponibles malgré leur fatigue accumulée, professionnels, vigilants et protecteurs. Nuit et jour aux aguets et en activité : il faut à la fois les remercier et dire notre attachement à ce service public de proximité de qualité. En effet, ceux que j’ai parfois pu entendre, à Sartrouville, soutenir la réduction des effectifs ou ironiser sur le temps de travail des fonctionnaires locaux ont ici, à Sartrouville, finalement touché du doigt la nécessité d’une présence de terrain, de services publics locaux de qualité. J’en ai entendu certains le dire et, en toute sincérité, reconnaître que cela les amenait à penser au sujet différent. Tant mieux !

Oui, la dévastation de certaines zones dans les environs sartrouvillois interrogent sur nos pratiques de construction de manière globale : permis de construire en zone inondable, vastes terrains rendus imperméables par le goudron de parkings immenses par exemple (retrouvez ici l’article de Romain Chiaradia sur ce sujet). Mais au-delà, sur ce sujet également, j’ai parfois entendu des Sartrouvillois commenter de manière sceptique (et parfois un peu goguenarde il faut le dire…) les demandes et propositions écologistes. Certains ont pris conscience du sens de ces propositions et de l’impact de ces enjeux face aux inondations. Les réactions ont été nombreuses en ce sens. Tant mieux !

Alors, après la décrue, continuons à réfléchir ensemble sur les missions que les services publics locaux assument et sur leur bon dimensionnement. Continuons aussi à réfléchir à ce que nous pourrions proposer pour que vive l’écologie à Sartrouville et pour en intégrer les principes au quotidien et dans nos projets.

IAT