Isabelle AMAGLIO-TERISSE

Sartrouville, Conseillère municipale d'opposition (Les radicaux de gauche)

La stratégie de soutien aux associations et au sport toujours à 2 vitesses à Sartrouville ?

#Européennes2019, pour un vote clair, de gauche et cohérent

Pourquoi et pour qui voter le 26 mai ? Pour une Europe sociale avec un vrai projet mené par des eurodéputés cohérents ! Depuis le 29 avril, mon choix est fait et de nombreux amis me demandent de le rendre public avec les raisons qui le motivent. Alors voici pour quoi et pour qui je vote.

En mai nous fêtons la paix et l’Europe et c’est une douche froide qui risque de s’abattre sur cet idéal le 26 mai avec un raz-de-marée en France d’eurodéputés d’extrême-droite, de néolibéraux et de conservateurs. Ces euro-députés emboîteront le pas à ceux qui, déjà, dans d’autres Etat réduisent chaque jour un peu plus notre Europe à un grand marché économique, prônent la guerre et la fermeture alors que le projet initial plaçait l’humain et l’ouverture à l’autre au cœur des enjeux. Mettre l’homme au centre, voici l’ardente actualité pour voter le 26 mai.

Les libertés doivent progresser avec l’Europe pour les Européens mais aussi pour le reste du monde, à commencer par ceux qui vivent à nos frontières communes et se noient dans la Méditerranée. La liberté de s’exprimer, de travailler, d’étudier, de respirer dans un monde apaisé. Voilà la promesse de l’Europe et nous devons la faire vivre pour nous, nos enfants et les enfants de nos enfants. Et derrière cette promesse, c’est de notre République qu’il s’agit également et très concrètement.

C’est pour cela que je m’étais engagée résolument, comme candidate, dans la liste qui me semblait le mieux rassembler la gauche, malgré de fortes insatisfactions et des manœuvres déjà contestables. Je ne reviens pas sur ce qui a provoqué le départ des Radicaux de gauche, cela a été abondamment commenté. J’ai une pensée pour mes amis militants d’autres partis de gauche, notamment socialistes, dont je connais la sincérité d’engagement et dont je mesure le désarroi pour ce scrutin. Mais, pour cette élection précisément, me concernant, la page est tournée car c’est de l’avenir dont il s’agit.

L’avenir justement passe par un véritable projet européen, social et novateur, porté par des militants authentiquement et sincèrement de gauche. Des candidats qui ne vacilleront pas au premier souffle et ne vendront pas leurs convictions, de gauche, au premier venu.

C’est pourquoi ma voix ira, pour la première fois, au parti communiste qui a su proposer pour ce scrutin un projet social et cohérent, sans dogmatisme économique, avec des solutions claires, des femmes et des hommes aux profils solides et représentatifs de notre République. J’ai écouté les candidats s’exprimer, j’ai relu attentivement leur programme.

C’est une décision qui s’est imposée, en cohérence avec mon histoire militante… la tribune que je signais en début d’année dans l’Humanité en aura, finalement, été un signe précurseur ! Aux Européennes, on vote à la proportionnelle en un seul tour donc pour ses convictions, les miennes sont claires. Reconstruisons la Gauche dès à présent.

J’invite tous ceux qui me lisent à se rendre aux urnes le 26 mai et à voter par conviction, tout aussi clairement.

 

Envie d’Europe, envie de rompre

C’est avec consternation que nous avons fait le choix, en conscience et en responsabilité, de ne pas poursuivre notre « Envie d’Europe » avec le Parti socialiste et Place publique car ce qui nous était imposé est à l’opposé des principes que nous défendons et de l’engagement pourtant conclu la semaine passée.

Notre envie d’Europe est intacte, elle est même encore plus forte ! Mais la politique c’est respecter ses convictions, ses partenaires, c’est être clair avec les électeurs. On ne peut pas faire campagne sur la transparence, la lutte contre les lobbies tout en acceptant l’intimidation politique et la menace médiatique.  Les méthodes qui ont ressurgi cette semaine sont de ce temps révolu et nous ne pouvons les accepter.

Etre de gauche, passe également par les pratiques et les actes et pas uniquement par des slogans. Quitte à ne pas être élu.

Je suis profondément préoccupée par cette situation et j’espère que la raison commune reviendra à ceux qui vacillent sur leurs fondations afin qu’un jour les conditions de combats communs puissent être réunies.

Une forte envie d’Europe, d’une Europe forte et solidaire

Dès juin 2018, Les Radicaux de Gauche ont appelé à l’union des formations de gauche dans la perspective des élections européennes. En cohérence, nous avons décidé de rejoindre la liste Envie d’Europe, aux côtés de Place Publique et du PS. J’y suis candidate avec 5 autres militants, dont l’eurodéputée sortante Virginie Rozière qui a négocié un accord historique sur la protection des lanceurs d’alerte mais également un nouveau cadre pour les droits d’auteur face aux GAFA. 

Fidèles à la pensée radicale, fidèles aux valeurs démocratiques et sociales de la Gauche, nous revendiquons un attachement profond à la construction européenne comme outil de rapprochement des peuples et de promotion des libertés fondamentales.

Depuis vingt ans, l’Union européenne fait face à une défiance grandissante. Elle est accusée des maux et des difficultés actuelles. Sans se voiler la face sur ses échecs présents et passés – difficulté à se réformer pour approfondir sa construction politique et sociale, blocages institutionnels réguliers, manque de coordination sur la scène internationale – nous pensons qu’une autre politique européenne est possible et qu’elle est indispensable !

Notre engagement va en ce sens : nous réclamons une Union européenne véritablement fondée sur l’humanisme et qui place l’amélioration des conditions de vie de tous au centre de ses politiques. Une Union européenne qui envoie et revendique un message universel de démocratie, d’humanité, de responsabilité environnementale, sociale et économique, une Union européenne ouverte et lucide face aux défis numériques. Une Union européenne, enfin, prête à évoluer pour sortir par le haut des blocages institutionnels qui la paralysent encore trop souvent.

Dans un mois, les électeurs européens auront à décider quel avenir ils souhaitent donner à cette Union. Nous ne voulons pas nous laisser enfermer dans une opposition stérile entre « pro- » et « anti- », celle que de nombreux dirigeants politiques français de tous bords essaient de nous vendre depuis plusieurs années. L’enjeu est trop grand pour une telle caricature. Nous réclamons une réorientation politique digne des enjeux actuels de l’Europe. Une Europe qui protège ses peuples, qui s’ouvre aux opprimés, qui développe les échanges et exporte ses idées.

Voici nos sept engagements phares :

Faire de l’Europe un acteur de la protection de l’environnement. Troisième émetteur de CO2 dans le monde, l’Union européenne a une responsabilité majeure dans la réponse à donner au plus grand défi de ce siècle. Sans remettre en cause les nombreuses avancées ayant déjà eu lieu, l’intégration d’objectifs écologiques dans toutes les politiques européennes doit aujourd’hui devenir une priorité pour l’Union.

Garantir le respect des libertés fondamentales et individuelles en Europe. Face à la réémergence en Europe des extrémismes, les Radicaux de Gauche revendiquent leur attachement à la protection des valeurs fondamentales de l’Union européenne : État de droit, démocratie, protection des libertés individuelles, égalité des droits. Cela passe par des actes symboliques forts, des actions préventives internes et une efficacité institutionnelle renouvelée pour réagir aux dérives déjà en cours dans certains pays d’Europe.

Permettre l’essor d’une souveraineté numérique européenne. Dans un monde en renouvellement, les acteurs du numériques sont aujourd’hui aussi puissants que des États et ont au moins autant d’impact sur la vie des citoyens. Nous attendons de l’Union européenne qu’elle joue un rôle moteur dans l’expansion et la régulation de ce nouvel espace. Face à des entreprises transnationales recréant un Far-West numérique, l’UE a la responsabilité de protéger, de normaliser le cadre légal et de former ses citoyens, tout en encourageant la pluralité des initiatives entrepreneuriales.

Faire de l’Europe une puissance diplomatique mondiale. Géant économique, l’Union européenne peine à parler d’une seule voix sur la scène diplomatique. Pourtant, rarement la scène internationale a été à ce point désertée par ceux qui prônent la tempérance, le progrès et les libertés individuelles. Le contexte géopolitique – émergence d’une politique « America First » de l’administration trumpienne, bellicisme russe, crise humanitaire aux portes de l’Europe, poudrière moyen-orientale… – réclame un engagement fort et commun des Européens sur la scène internationale. Nous ne pourrons répondre qu’unis à ce défi.

Relancer le dialogue social en Europe. Bloqué depuis plus de vingt ans, le dialogue social a été mis de côté des politiques européennes. Le rôle d’une Europe protectrice, qui a inscrit dans ses textes fondateurs la notion de « convergence », est de proposer un socle cohérent et progressiste de minimas sociaux et de créer les conditions d’un progrès constant des conditions de travail et d’existence des Européens.

Réorienter les politiques économiques et fiscales européennes. La crise de confiance dont souffre l’Union européenne vis-à-vis de ses citoyens tient principalement à la manière dont est perçue sa gestion des politiques économiques. Longtemps, les dirigeants européens ont repris en cœur le slogan thatchérien « there is no alternative » à une politique néo-libérale. Nous pensons que cette alternative existe et qu’elle est possible. Que la dérégulation économique n’est pas inhérente à la construction européenne. Nous appelons à la mise en place d’une politique économique, commerciale et fiscale au service de l’Europe et de ses citoyens, et non l’inverse.

Une Europe fédérale, pour des institutions plus démocratiques et transparentes. La question du rôle politique de l’Union européenne ne pourra être réglée sans changer les traités actuels. Les blocages liés aux égoïsmes nationaux ne permettent plus, à 27, de construire une Europe politique. Nous réclamons une Europe qui agisse. Une Europe démocratique, protectrice, écologique, innovante, sociale, qui n’écraserait pas la diversité des peuples européens. Il faut lui offrir les outils nécessaires pour réaliser ces aspirations, c’est-à-dire un cadre fédéral.

Orientations Européennes

Charité bien ordonnée commence par soi-même…

Après l’émotion devant la catastrophe, des Sartrouvillois s’interrogent sur l’annonce faite par le Maire d’une donation de la commune pour contribuer aux travaux de reconstruction de Notre-Dame de Paris.
Plusieurs m’ont interpelée en m’indiquant ne pas comprendre mon vote… ce qui est normal car je n’ai pas encore voté, le conseil municipal ne délibèrera que le 16 mai sur le sujet.
Avant cela pour répondre aux questions qui m’ont été posées, voici pourquoi je ne voterai pas cette décision et voici également quelques précisions pour dissiper toute éventuelle ambiguïté de ma part ou qui pourrait m’être prêtée.
C’est d’abord parce qu’il s’agit d’une cathédrale que ce bâtiment relève de la responsabilité de l’Etat ainsi que le prévoit la loi de 1905. Personne ne conteste, en outre, son rôle particulier dans notre patrimoine national au-delà de sa profonde signification religieuse, et son caractère véritablement emblématique.
Personne non plus ne minimise son impact touristique au-delà de l’importance que cette église unique revêt pour les croyants catholiques.
C’est d’ailleurs bien pour cela que j’estime que ce n’est pas aux villes, aux établissements publics, aux intercommunalités de participer au financement de cette reconstruction mais bien à l’Etat, d’abord comme propriétaire et ensuite compte tenu du rayonnement national (et au-delà) de ce monument.
Donc, je confirme que je voterai contre pour ces raisons comme, d’ailleurs, je vote contre tout financement municipal d’association à connotation religieuse ou d’écoles privées religieuses (70 000€/an pour des écoles religieuses situées hors de la ville) mais également contre le financement d’initiatives, d’associations ou de projets ne bénéficiant pas directement à Sartrouville.
Ce n’est pas à la ville de le faire, a fortiori quand on constate la manque d’équipements, l’état de la voierie etc.
20190423_185523

Rdv le 25 mars pour l’étape 2 de notre « grand débat sartrouvillois »

Nous vous rappelons notre réunion lundi 25 mars, 20h00, salle du 14 juillet pour parler de Sartrouville à partir de notre consultation publique et de vos réponses : quels constats, quelles priorités et quelles propositions pour notre ville (logement, cadre de vie, mobilités, citoyenneté, loisirs, équipements).
Nous vous attendons nombreux, chacun pourra s’exprimer et nous avons organisé des mini-ateliers pour être très concrets.
Pour voter en ligne, c’est ici.

Pour ceux qui le souhaiteront, comme d’habitude, nous proposerons après cette réunion un temps d’échange sur l’ordre du jour du conseil municipal du 28 mars (des études d’urbanisme sur Reims/Berteaux, sur StExupéry/Clémenceau/PBert mais aussi le projet du centre de santé YCulot).

A bientôt !

« Grand débat » Sartrouvillois : premier point sur vos réponses

Nous avons lancé notre consultation citoyenne en ligne le 22 février et vous avez déjà été nombreux à répondre, des différents quartiers, avec une nette préférence pour le volet local. Alors, merci et voici les premières tendances que l’on peut dégager, que nous complèterons et commenterons le 25 mars, 20h00, salle du 14 juillet … d’ici là (et même encore après) : les votes continuent !

Votre thème le plus important est « Vivre à Sartrouville » à la fois en constats et en priorités et, pour vous, le point fort de la ville est la mobilité, son point faible le logement et votre priorité est le cadre de vie.

Synthèse 1 Volet local thème 1Synthèse 1 Volet local Point fort-faible

2/3 de vos votes « locaux » portent sur le diagnostic de notre ville avec les 11 points suivants qui recueillent le plus de voix tous thèmes confondus (en bleu : vous êtes d’accord, en rouge, c’est non !)

  • La vie à Sartrouville est agréable
  • Il y a des problèmes de sécurité à Sartrouville
  • On trouve un logement facilement
  • Le réseau de transports en commun est efficace
  • On peut circuler à pied et/ou à vélo en sécurité
  • La voirie est en bon état
  • Les commerces sont assez nombreux et de bonne qualité
  • L’offre médicale est suffisante, accessible financièrement
  • La Mairie est accessible, les horaires d’ouverture sont adaptés
  • Signaler un problème est facile et on a une réponse assez rapidement
  • Les habitants peuvent facilement donner leur avis et celui-ci est pris en compte

Avec 1/3 des votes pour les priorités, voici les 9 propositions que vous placez en tête,  tous thèmes confondus :

  • Ne pas construire de manière trop dense sauf aux abords des gares pour faciliter les déplacements
  • Revoir les travaux sur le Plateau pour un bon équilibre entre destructions et rénovation, besoin de relogements
  • Prévoir plus de verdure et de végétalisation des immeubles
  • Pour chaque nouvel ensemble d’immeubles, anticiper les équipements publics (écoles, crèches, gymnases etc.) nécessaires
  • La tangentielle nord et la gare Notre Dame, pour une 2e gare sur le Plateau
  • Recenser les voies en mauvais état et établir un calendrier des travaux prioritaires
  • Intégrer des aires de jeux, des équipements de sport en plein air dans tous les quartiers
  • Revoir la présence des services publics sur tous les quartiers (mairie, police, PMI, Poste etc.) en faisant des choix car tous les quartiers ne peuvent avoir l’intégralité des services
  • Une plus grande transparence sur le fonctionnement de la ville

 

Volet National (43% des votes)

Un tiers de vos votes concernent la fiscalité, le reste se répartit entre les autres thèmes. Pour chaque sujet, voici la proposition ayant eu le plus de voix :

Transition écologique c)  Revoir le système d’aide à l’agriculture pour aller vers des pratiques bio et resp.
Fiscalité c) Renforcer la lutte contre l’évasion/fraude fiscale
Social a) Réindexer les retraites et minima sociaux sur l’inflation
Démocratie, citoyenneté c) Prise en compte du vote blanc ’jusqu’à invalidation des élections si vote blanc dominant
Org. de l’Etat et sces publics a) Renforcer les services publics et moins déléguer au secteur privé

Vous êtes nombreux également à déposer des commentaires, à exprimer vos désaccords voire votre colère et vos propositions. Nous en ferons une synthèse et la publierons avec l’intégralité des contributions, ainsi que nous nous y sommes engagés, avec les résultats consolidés aux questions.

Pour porter votre voix avec le plus de force possible, nous vous invitons à diffuser les liens vers ces questionnaires pour avoir le maximum de réponses. Cela contribuera à ce que vos priorités soient prises en compte par la majorité municipale actuelle et à ce qu’elles soient intégrées dans les projets politiques que les candidats à la Mairie de Sartrouville proposeront pour 2020, ce que nous ferons pour notre part.

Notre « Grand débat » Sartrouvillois : en ligne et le 25 mars

Le « grand débat national » a clairement mis en lumière l’envie de participer des Sartrouvillois et le manque d’espace de concertation dans notre ville. La réunion « En Marche » le 25 janvier a montré la mobilisation concrète des habitants pour venir débattre mais aussi l’importance des sujets locaux dans les préoccupations et les interrogations exprimées.
Nous, souhaitons contribuer à donner une plus large place à la voix des Sartrouvillois et nous vous proposons un grande consultation ici avec :
•un questionnaire en ligne (ici) pour que chacun puisse, en quelques minutes, donner librement son opinion sur les priorités dans notre pays, et pour Sartrouville son constat et ses priorités, nous proposons même une version express ;
•une réunion où nous présenterons la synthèse de ce questionnaire lundi 25 mars à 20h00 salle du 14 juillet (merci de vous inscrire sur notre site) ;
•une large diffusion des résultats.
Nous avons trois objectifs avec cette consultation :
•contribuer à la démocratie locale comme nous le faisons au quotidien depuis 2014 en tant qu’élus d’opposition ;
•contribuer à ce que ces priorités soient prises en compte par la majorité municipale actuelle ;
•contribuer à ce que ces priorités soient intégrées dans les projets politiques que les candidats à la Mairie de Sartrouville proposeront pour 2020, ce que nous ferons pour notre part.
Notre démarche est claire, nos engagements aussi, comme la presse locale vient de le relayer.
N’hésitez pas !
Isabelle Amaglio-Térisse et Romain Chiaradia
Groupe d’opposition « Sartrouville, notre avenir »
GDN SNA C78 2019-02-27.PNG

7e modification du PLU de Sartrouville : occasion ratée pour une ambition équilibrée

78 actu revient sur le vote de la nouvelle modification du PLU le 31 janvier et souligne nos positions et nos demandes pour un cadre de vie réellement amélioré, un environnement préservé et des circulations fluides : équilibre et respiration de tous les quartiers, stationnement et transports collectifs, revitalisation commerciale et réelle concertation. A ce titre, nous regrettons l’absence des études d’impact prévues dès 2006. Evaluer ce qui est fait permet pourtant de ne pas commettre les mêmes erreurs et les diffuser permet une bonne appropriation des enjeux par tous (mais la démocratie locale à Sartrouville, c’est encore un autre sujet !).

Plus sur le PLU iciPLU Sartrouville C78 2019-02-13

+ de transparence = + de démocratie à Sartrouville

La presse revient sur plusieurs de mes interventions au dernier conseil municipal de Sartrouville, au nom du groupe « Sartrouville, notre avenir  » :

– une maison de santé, accessible et dans des conditions transparentes… on en est visiblement encore un peu loin…, c’est dommage car nous alertons depuis plusieurs années sur le déficit de la ville en médecins et professionnels de la santé mais aussi sur la difficulté d’un nombre croissant des habitants à se soigner pour des raisons financières. On pourrait y remédier, c’est ce que nous demandons et nous sommes favorables à tout ce qui ira dans ce sens, en transparence.

C78 CM Pôle Santé 2019-02-06

– le coût des vœux du Maire (12 000€) et des infos qui doivent encore arriver (traiteur, marché « sécurité » etc.) pour contribuer à une meilleure transparence, donc une meilleure démocratie locale !

C78 CM Coût voeux 2019-02-06