Isabelle AMAGLIO-TERISSE

Sartrouville, Conseillère municipale d'opposition (Les radicaux de gauche)

A Sartrouville, c’est zéro info pour l’opposition pendant le confinement

L’ordonnance du 1er avril 2020 a donné des pouvoirs renforcés aux maires sortants pour assurer la continuité du fonctionnement et, en contrepartie, elle impose que tous les élus  soient informés « sans délai et par tout moyen » des décisions prises par le maire. Elle précise aussi que les élus locaux ainsi que les futurs conseillers municipaux qui ne sont pas encore installés seront destinataires de l’ensemble des décisions prises par l’exécutif local.

Visiblement, à Sartrouville, le Maire a « oublié » la 2e partie : zéro tribune dans le 1er magazine pour les élus d’opposition, zéro information sur les décisions prises, zéro visio-réunion, zéro courriel malgré  nos différents courriers et propositions, zéro invitation aux cérémonies de commémoration. Nous n’avons ainsi pas été associés à la cérémonie que vous avez maintenue en hommage aux victimes de la déportation le 24 avril dernier et attendons pour celle du 8 mai, demain donc…

Ce silence est particulièrement regrettable compte tenu de la période qui appelle à la cohésion sociale et à faire bloc dans un esprit républicain. C’est pourquoi nous lui avons écrit cette semaine pour lui demander, une nouvelle et dernière fois, la mise en œuvre de ces dispositions et en avons transmis à Monsieur le Préfet.

On attend, mais le moins que l’on puisse dire c’est que la démocratie locale est sacrément confinée à Sartrouville et que cette situation est très préoccupante.

 

La crise sanitaire frappe particulièrement les quartiers populaires malgré la solidarité formidable qui y règne et il faudra penser un « après » renforcé

La carte de la pandémie montre qu’elle frappe durement et particulièrement les quartiers populaires alors même que ces quartiers comptes plus de jeunes que la moyenne donc qu’ils devraient, au contraire, être moins atteints. Il nous faut attendre d’avoir une vision plus claire, notamment à Sartrouville où aucune donnée n’est diffusée.

Les inégalités territoriales se retrouvent sur ce plan sanitaire : c’est dans ces quartiers que les revenus sont les plus faibles, que le recours aux soins est nécessaire avec des pathologies qui sont moins prises en charge que la moyenne. C’est dans ces quartiers que l’on retrouve le plus de logements insalubres, une plus forte densité et la plus forte précarité sociale, familiale, économique etc. Dans ces quartiers, le taux de pauvreté agrandit la fracture numérique alors qu’internet représente une voie essentielle pour la vie quotidienne des confinés. La crise sanitaire met donc en lumière les problèmes sociaux qui s’y concentrent et les renforcent.

Pourtant, le confinement n’y est pas moins bien respecté qu’ailleurs. Pourtant, en particulier à Sartrouville, ces quartiers montrent l’exemple d’une solidarité incroyable et vibrent de générosité.

Ces quartiers, c’est nous. C’est notre ville. Leur fragilité face à l’épidémie de coronavirus est notre fragilité collective.

Si la situation actuelle commence à souligner davantage les inégalités, il est vraisemblable qu’elle va les aggraver et nous ne pouvons collectivement nous y résigner. C’est une situation que l’on peut anticiper, avant même d’avoir les données factuelles. Il faut en prendre toute la mesure et y porter une attention particulière, notamment :

  • avec des plans renforcés en matière sanitaire pendant et après le confinement pour détecter et prendre en charge au-delà ce qui était déjà fait,
  • avec des logements plus adaptés, plus dignes quand ce n’est pas le cas et prévoyant des espaces de relogement d’urgence,
  • avec une reprise de l’école dès que les conditions sanitaires le permettront plut tôt possible pour rescolariser rapidement, donc resocialiser, les enfants, les familles.
  • apaiser les tensions

Nous sommes prêts, élus d’opposition, à y participer et avons déjà formulé un certain nombre de propositions concrètes en ce sens.

Laïcité ? Quand l’Etat donne dans l’ »accompagnement spirituel »…

Laïcité bien ordonnée commence par soi-même…

  • Hier, l’agenda du chef de l’Etat mentionnait un entretien avec le Pape
  • Quelques jours avant, le Conseil « scientifique » recommandait l’accompagnement spirituel » pour contribuer à lutter contre l’épidémie de COVID 19
  • Quelques jours avant, encore, un communiqué du ministère de l’Intérieur, annonçait un « dispositif d’écoute et de soutien spirituel », avec le numéro vert gouvernemental d’information sur l’épidémie,

Tous les efforts républicains doivent converger pour lutter contre cette crise sanitaire et renforcer la solidarité nationale. Celles et ceux qui ont besoin d’un accompagnement spirituel doivent pouvoir le trouver mais cela reste une question personnelle, privée.

Ce n’est pas à l’Etat, pas aux soignants déjà saturés, de mettre en contact via ce numéro, et sur fonds publics,  avec les « principaux cultes ». C’est à la fois, et une nouvelle fois, confondre le besoin de spiritualité avec la religion mais c’est aussi une reconnaissance de fait de certains cultes (et donc, l’exclusion des autres).

Laïcité bien ordonnée commence par soi-même, revenons donc à l’essentiel de manière républicaine.

EWIbnZ_WoAA-nOW

Sartrouville, l’après

A Sartrouville, nous aussi nous pouvons, à notre niveau contribuer à préparer le « jour d’après » (+ ici) en réfléchissant ensemble à ce que nous apprenons collectivement de cette pandémie et aux leçons que nous voulons en tirer, ensemble et solidaires :

  • des mesures au nom de la justice sociale : le salaire de celles et ceux qui sont employés locaux,  ces « petits métiers indispensables à la commune et à l’intercommunalité (éboueurs etc.), recenser les logements vacants et organiser leur réquisition par la mairie sous conditions pour les victimes de violences familiales et conjugales, pour les mal-logés et sans-abris, un moratoire sur les factures de cantine, centre de loisirs etc. et bien sûr doubler le centre de santé, avoir un stock de médicaments et protections,
  • une solidarité de proximité encouragée : pérenniser la plate-forme des bénévoles et y recourir régulièrement avec des campagnes contre l’isolement, pour l’intergénérationnel, pour un coup de pouce de confection pour la rentrée pour les familles fragiles, un réseau de cuisiniers pour une famille où un membre est hospitalisé, développer un système d’échange local etc ;
  • un soutien à une économie locale, engagée dans la transition écologique et plus solidaire : des aides pour les entreprises qui se mobilisent pour les autres comme en ce moment dans notre ville et qui investissent pour des activités moins polluantes et climaticides, des aides à la reconversion ou à l’implantation d’entreprises selon des clauses réduction d’écart de salaire, maintien d’emploi, des aides à la relocalisation de la production, un point de vote et de promotion des produits « made in Sartrouville », des aides supplémentaires pour les entreprises qui mènent une politique sociale plus ambitieuse en termes de formation
  • une production locale plus forte : tripler les jardins partagés, renforcer les clauses d’achat local dans les services publics et marchés publics de la mairie

Nous aussi, à Sartrouville, « Plus jamais ça ! Préparons le ‘jour d’après »

C’est ce que nous vous proposons pour le 1er FB live de ce mandat et compte tenu de la situation particulière que nous traversons.

4 semaines de solidarité à l’épreuve : repensons ensemble nos fondamentaux républicains

Voici bientôt 4 semaines que le pays vit confiné et semble redécouvrir les fondamentaux de notre République : la solidarité, les services publics, la valeur sociale. Je veux croire que nous aurons collectivement changé pour revenir à la raison sur ces sujets et que nous saurons comment inventer notre avenir républicain.

La solidarité : elle s’exprime à plein, au quotidien et en proximité à Sartrouville comme ailleurs avec un élan incroyable où chacun prend des nouvelles des isolés, cuisine pour les soignants, coud des protections… et réfléchit à ce que tout cela signifie durablement et pour notre planète également. Seuls, nous ne sommes pas grand-chose. Je veux croire que c’est un tournant durable.

La consommation : elle se déplace, se transforme et chacun comprend qu’il faut inventer de nouvelles vies, de nouveaux usages aux objets, que l’on peut produire et co-produire au lieu de systématiquement acheter. Je veux aussi croire que le contenu, la valeur ajoutée de l’ensemble nous amèneront ensemble à une économie véritablement plus sociale et solidaire (justement !).

Les services publics : ils apparaissent pour ce qu’ils sont et n’auraient jamais dû cesser d’être pour tous, c’est-à-dire le cœur battant de notre pacte républicain. Ils nous permettent de vivre en « sûreté » (c’est le premier acquis de 1789, rappelons-nous), de nous soigner, de grandir en apprenant etc. Il a donc fallu que la fatalité s’abatte sur des milliers d’habitants pour comprendre que les services publics sont notre bien commun précieux et dissiper le fantasme d’un libéralisme trompeur qui tendait à en faire des centres de coûts à gérer comme une entreprise. Je veux croire que dans quelques mois, nous saurons collectivement nous en souvenir (et pas seulement le soir à 20h00).

La valeur sociale : l’échelle de nos valeurs est à revoir avec des soignants exposés plein pot mais sans protections suffisante mais aussi les « derniers de cordée » qui sont à la tâche sans relâche sur les routes, aux caisses, pour vider les poubelles, contribuer à l’ordre, produire de l’énergie ou ce qui nous permet de communiquer, pour enterrer nos morts etc. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune nous dit la Déclaration des droits de l’homme de 1789. Je crois que nous avions perdu de vue collectivement cette notion. Je veux croire que nous saurons réfléchir à l’utilité sociale et revenir, là aussi, aux concepts révolutionnaires sur le salaire, la valeur sociale et la notion d’impôt.

Alors bien sûr, notre environnement aura changé lorsque nous sortirons collectivement de ce confinement. Des amis, des collègues, nous manqueront, définitivement. Les plus fragiles seront certainement particulièrement éprouvés, notamment parce qu’ont été démantelés ces dernières années les fameux « amortisseurs » sociaux à la française qui permettent avec la protection sociale, un revenu de substitution (on en reparle ?) etc. de ne pas aller tous ensemble directement dans le mur. L’économie sera en berne, plus encore qu’en 2009, il ne faut pas exclure qu’elle ait définitivement changé et cela pourrait, à terme, être une bonne nouvelle si l’on arrive à surmonter le cap et bâtir une économie fonctionnant différemment.

Je veux croire que nous saurons tous en tirer les leçons pour aller vers une « République des jours heureux » comme au lendemain de 1945 quand il a fallu reconstruire le pays. Nous en sommes en guerre contre la pandémie et nous devons ouvrir les yeux sur les fragilités que nous avons organisées ou laissé grandir. Cette pandémie doit nous remettre les idées en place, remettre nos fondamentaux au centre de nos réflexions, au centre de nos actions. Cela est d’autant plus nécessaire que, dès après-demain, certains essaieront de nous faire entendre la petite musique délétère du nationalisme, de l’ultralibéralisme, de l’autoritarisme alors que nous devrons penser solidarité, humanisme, biens communs, investissement collectif, nouvelle répartition des richesses et nouvelle organisation de la République et de l’Union européenne.

Allons plus loin, ensemble.

Notre lettre ouverte au Maire de Sartrouville pour les commerces et les marchés « A l’heure de la solidarité, vivons confinés et restons en proximité »

Parce que nous devons tous être responsables, solidaires et imaginatifs devant cette épidémie,

Parce que faire ses courses à proximité est plus que jamais le choix de la raison, pour les produits, pour les commerçants, pour le lien social, pour les emplois

Nous avons écrit au Maire en demandant une dérogation pour rouvrir le marché couvert mais aussi pour créer un « drive du marché » aux Indes et à Debussy en proposant un mode d’emploi simple et adapté à notre ville après deux semaines à étudier de nombreuses options depuis la fermeture de nos marchés.

Nous sommes à disposition pour y travailler concrètement, nous sommes constructifs et avons à coeur les intérêts de tous les Sartrouvillois.

Réponse attendue, chiche ?Lettre ouverte Marché Confinement

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles… mais les tribunes de l’opposition n’auraient pas du disparaître à Sartrouville !

Nous touchons du doigt une réalité terrible de notre cadre de vie avec cette crise sanitaire sans précédents. Soyons vigilants, solidaires et restons confinés, d’ailleurs les Sartrouvillois donnent l’exemple et font parler très positivement de la ville.

Dans ce contexte, il est désolant de constater que les mauvaises pratiques démocratiques ont la vie dure à Sartrouville. En effet, le Maire a tiré un trait sur l’expression des élus d’opposition dans le dernier magazine arguant d’un numéro dédié à la crise mais y glissant quand même son éditorial politique à lui, lui tout seul. Nous aurions compris d’autres configurations dans cette situation hors normes, mais certainement pas ce choix qui piétine la loi et l’opposition. Nous avons pris le temps de le dire, de l’écrire, de demander une publication sur le site de la ville, en vain, hélas.

2 poids 2 mesures à Sartrouville… Alors, voici ce que nous avions prévu de vous dire le 23 mars.

Et à bientôt pour la suite car nous avons dès ce début de mandat formulé des propositions concrètes au Maire pour l’avenir de Sartrouville : achat d’un bien en vente pour une maison des associations, subvention pour soutenir l’effort dans le cadre de la lutte contre d’actuelle pandémie et une autre mesure que nous vous présenterons dès demain…

Tribune IAT 2020-04

Annulation du 1er conseil municipal 2020-2026

Notre groupe Sartrouville Citoyenne – Ville écologique et solidaire a écrit mercredi au Préfet pour demander le report de l’installation du conseil municipal, à Sartrouville comme ailleurs, ou d’autres modalités de réunion.

Hier soir, ce conseil a été annulé et sera reprogrammé une fois la crise sanitaire passée.
C’est le cas partout en France après une mobilisation d’élus de tous bords à laquelle j’ai activement participé dans les Yvelines et, avec d’autres, au plan national.
En cohérence, en responsabilité, nous avons considéré que c’était notre devoir d’agir ainsi face à l’urgence sanitaire, au péril et par solidarité.
Rdv prochainement et prenez soin de vous, restez chez vous.

Soyons solidaires, responsables et exemplaires

Dde de report CM

Merci et à très vite !

C’est la tribune que je proposais ce mois-ci dans le magazine de la ville « 6 ans de mandat au service des Sartrouvillois, un engagement à 100% ! »

C’est aussi un merci aux 2 396 électeurs qui ont voté pour notre liste, notre projet  « Sartrouville citoyenne, ville écologique et solidaire« . Merci à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés, certains pour la première fois, pour voter faire voter. Alors, naturellement, nous sommes tous déçus au lendemain des résultats : 2 électeurs sur 3 ne sont pas allés voter (toujours en l’état de nos connaissances). Cette participation  semble dérisoire par rapport aux enjeux pour notre ville pour les 6 prochaines années, à nos espoirs. C’est un défi et nous nous attacherons à le relever pour que les prochains scrutins soient ceux d’une pleine mobilisation de la population. C’est là le vrai sens de la démocratie car être élu avec aussi peu de voix pose problème, en termes de légitimité et de représentativité.

Je souligne d’ailleurs que certains quartiers traditionnellement peu actifs lors des élections sont allés en nombre aux urnes dans ce contexte de morosité et c’est un signal très encourageant. Il n’y a pas de fatalité mais du travail d’explication, de la pédagogie et c’est notre responsabilité collective de le faire sans relâche pendant ces prochaines années.

Ensuite, merci car vous avez été très nombreux à nous adresser des messages de soutien, d’encouragement et même de félicitations en soulignant qu’un 1 votant sur 4 a voté pour notre projet. Vous nous dites avoir apprécié notre campagne de propositions concrètes et les valeurs que nous avons portées sans rien céder. Nous continuerons et intensifierons le tout, comptez sur nous comme nous comptons sur vous pour être à nos côtés et travailler pour notre ville.

Plusieurs de nos idées ont d’ailleurs d’ores et déjà été reprises dans le programme du Maire qui a été reconduit. C’est une première victoire et nous serons très vigilants pour suivre leur mise en œuvre effective. Nous pousserons pour qu’il aille au-delà également car la situation a changé, grâce à votre mobilisation.

Votre confiance et leur énergie renforcent notre détermination pour continuer et faire valoir nos propositions, nos demandes. Nous serons constructifs mais exigeants et vous associerons tout au long du mandat à nos votes, nos projets, nos comptes rendus.

Nous incarnerons le tout dès vendredi 20 mars pour le premier conseil municipal (à huis clos) où nous serons donc 5 à siéger (Isabelle, Oumar, Danielle, Roger et Laetitia), même si je regrette que cette installation du conseil n’ait pas été repoussée comme le 2e tour alors que nous aurons quasi tous été autour de la table en contact avec un nombre particulièrement élevé de citoyens ces dernières semaines.

Vous pourrez continuer à nous suivre sur les réseaux et internet.

A bientôt !

Transparence à Sartrouville, suite

Hier, la Commission d’Accès aux Documents Administratifs nous a donné raison avec un avis favorable à nos demandes d’information sur les marchés publics de la ville : le Maire devrait donc s’y conformer (enfin !)
Fera-t-il encore la sourde oreille ? Attendrait-il que le juge le condamne ? Ce serait vraiment ne rien comprendre à notre détermination mais aussi, et surtout, à l’exigence légitime des Sartrouvillois en matière de transparence, à leurs envies de démocratie locale.
Nous avons des propositions fortes et nombreuses sur ce volet qui est au cœur de notre projet pour faire ensemble Sartrouville Citoyenne – Ville écologique et solidaire

Il reste encore quelques jours au Maire sortant avec le scrutin du 15 mars pour envoyer, enfin, un signe positif dan ce domaine.
Chiche ?